Dans les limbes de Jack O'Connel

Publié le par paradoxale

dans-les-limbes.jpg
Résumé : Sweeney échoue à Quinsigamond avec son fils de six ans, Danny, plongé dans le coma. Sa femme s’est suicidée. Rongée par le chagrin, l’anxiété, le dégoût de soi, la peur, Sweeney est sujet à des accès de rage inexplicables ; il en perd le sommeil et la mémoire.

Sweeney a réussi à placer Danny dans la légendaire clinique du docteur Peck, dont tous les patients sont dans le coma. Peck et sa fille Alice, neurologues géniaux aux théories révolutionnaires ont déjà « ressucité » deux malades et Sweeney espère évidemment qu’ils réveilleront son fils. Il a donc accepté de s’occuper de la pharmacie de l’hôpital, où il vit. Mais tous les gens qu’il croise ont un mobile caché. Et chacun de ces mobiles semble mettre Danny en danger. Il y a le docteur Peck et sa fille, au comportement excentrique et inquiétant. Il y a Nadia, l’infirmière lascive et mystérieuse qui semble tout connaître des luttes de pouvoir au sein de la clinique et de Quinsigamond. Il y a Buzz et ses « Abominations », des bikers psychotiques réfugiés sans une ancienne usine de prothèses, qui sillonnent la ville en d’étranges équipées sauvages.

Et puis il y a les monstres de cirque qui fuient leur persécuteur, le dément docteur Fliess, dont le magazine BD préféré de Danny raconte les aventures. Quelle responsabilité ces créatures de papier ont-elles dans son coma ?

Thriller gothique inclassable, roman noir où David Lynch rencontre Tod Browning, Dans les limbes est, selon son auteur, un « livre sur le deuil, le chagrin et la rage. Sur le coma, lres revues de BD et les produits pharmaceutiques. Sur les bikers psychotiques, les neurologues fous et les monstres de cirque itinérants. Mais au bout du compte, c’est un livre sur la moralité complexe de l’écriture elle-même, de la fabrication d’un récit, d’une histoire. Ce qu’il fait à son entourage. Ce qu’il a le potentiel de faire au lecteur. Et pour lui ».


Je ne lis pas beaucoup de thrillers ni de romans noirs. Mais lorsque j’ai vu le résumé de ce roman, j’ai été séduite par le caractère un peu « bizarre » qui en ressortait. Je vous le dis tout de suite, j’ai adoré. Je pense n’avoir jamais rien lu de pareil. Au début, il y a trois récits différents, un avec Sweeney, un avec le récit des monstres, et un avec des « bikers ».  Au début, je me demandais pourquoi l’auteur nous racontait ces trois histoires qui paraissaient très différentes les unes des autres. Mais à la fin, on comprend en quoi ces trois récits sont reliés ensemble.  Je me suis attachée à ce père qui voulait revoir son petit garçon bouger, courir, redevenir comme tous les autres enfants. Danny est dans le coma, mais on ne saura qu’à la fin pourquoi. Et là, on comprend tout. Tous les autres personnages semblent bizarres, et on ne saurait différencier les « gentils » des « méchants ». Mais justement, je pense que c’est ce qui fait toute la profondeur de ce récit, entre autre. L’action est toujours présente, je n’ai jamais ressenti d’ennui pendant ma lecture. J’avais peur, en débutant ma lecture, de ne rien comprendre. Mais non, tout est compréhensible. L’alternation des récits rend le tout dynamique et agréable à lire. J’étais vraiment happée par le récit, j’étais avec tous les personnages, à leurs côtés. L’histoire est très prenante. La fin est en apothéose, j’ai beaucoup aimé !  Passionnante. Un coup de cœur en décembre, voilà comment bien terminer l’année !

 

Je remercie donc chaleureusement BOB et les éditions Rivages pour cette très belle découverte !


Et comme je suis paresseuse, je vous invite à aller  ici pour lire les avis des autres blogueurs sur ce livre !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article