Ce que je sais de Vera Candida

Publié le par paradoxale

couv_Ce_que_je_sais_de_Vera_Candida.jpgDepuis le temps que j’entendais parler de ce livre, je voulais absolument le lire. L’histoire m’intriguait, tout comme les billets de la blogosphère. Etrangement, je n’avais encore jamais entendu parler de Véronique Ovaldé avant la publication de son dernier roman. C’est toujours intéressant de découvrir de nouveaux auteurs, alors j’avais très envie de lire ce roman. Et quelle surprise ! Quel bonheur ! J’ai tout simplement adoré ! Il faut tout d’abord parler de l’écriture. Un peu déroutante, mais une fois qu’on a pris le rythme, c’est très agréable. Une plume effrénée, qui enchaine les paroles et les actions en passant par les pensées. On ne peut s’arrêter dans la lecture, tant on est pris dans le rythme des phrases. Les virgules se multiplient. C’est la première fois que je lisais un style comme celui-là. Ce fut une véritable surprise !

Quant aux personnages, ils sont tendrement attachants. Bousculés par la vie, les femmes de ce roman doivent faire face à des difficultés. Rose Bustamente, ancienne prostituée, reconvertie en pêcheuse, vend ses poissons sur le marché. Elle n’était jamais tombée enceinte lorsqu’elle était prostituée. Alors qu’elle ne s’attendait pas à pouvoir avoir un enfant à son âge, elle eu une fille, Violette. Violette ne sut jamais qui était son père. Puis Violette eu à son tour une fille, qui elle aussi ne connaitrait jamais son père. Après une expérience traumatisante que je ne citerai pas (oui, gardons un peu de suspens tout de même !) Vera Candida décide de quitter Vatapuna. Elle est enceinte. On la suit dans son désespoir, elle, adolescente qui devient maman. Elle veut oublier Vatapuna, ses habitants, et fait même en sorte de ne plus penser à sa grand-mère qui la élevée. Vera Candida se veut forte, et c’en est touchant. Elle ne veut pas laisser paraître sa fragilité, elle ne veut pas s’attacher aux autres, elle ne fais confiance à personne…Et vient Itxagas. (Que ce nom est difficile à prononcer, non ?!) Malgré la différence d’âge, il tombe amoureux de Vera Candida. Mais tout sera compliqué et difficile. Et le temps passe…Monica Rose, la fille de Vera Candida, grandit. Elle est une petite fille adorable, et a une répartie qui fait rire. Elle non plus, ne connaitra jamais le nom de son père. Ou peut-être un jour, qui sait…L’histoire ne nous le dit pas.

Ce que je sais de Vera Candida me  parait comme un parcours initiatique. Et le nom m’évoque Candide. Sauf, que, personnellement, je dirais que Vera Candida suit le parcours inverse de celui du Candide de Voltaire. Candide croit que le monde est parfait, et découvre peu à peu qu’il n’en est rien. Vera Candida pense que le monde est horrible, et n’a confiance en personne. Peu à peu, elle apprend à croire en Itxagas, et apprend à être heureuse. Elle fuit ses origines, puis les accepte. La fin est belle. Oui, ca fait un peu bête de dire ça « la fin est belle », mais c’est ce que je pense. Je ne vous la raconterai pas. Mais c’est un peu comme si c’était logique que ça finisse comme ça. La vie de Vera Candida est un cercle. A la fin, elle accepte ce qu’elle est, accepte d’où elle vient. On pourrait voir ça comme une leçon de vie, une morale. Après tout, l’on dit que ce roman est une fable, alors il y a une morale.

C’est toujours plus difficile de parler des livres qu’on a adoré, sans utiliser trop de points d’exclamation et sans trop en raconter. Ce qui est sûr, c’est que j’ai eu un coup de cœur pour ce roman, qui me fait découvrir Véronique Ovaldé. J’ai maintenant envie de découvrir ses autres romans. Je ne vous en dis pas plus sur cette histoire, et vous laisse la découvrir si mon billet vous en a donné l’envie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Véro 21/03/2010 14:07


J'avais hésité entre celui-ci et Et mon coeur transparent pour le challege ABC et j'ai choisi ce dernier. j'espère qu'il me plaira autant que clui-ci t'a plu !


paradoxale 26/03/2010 18:28


J'espère aussi qu'il te plaira ;) Quant à moi, j'ai très envie de continuer à découvrir Véronique Ovaldé en lisant Et mon coeur transparent. Le résumé est très  tentant =)


constance93 19/03/2010 23:37


je suis contente que tu es lu ce livre que j'ai moi aussi adoré ! cette frontière si fine entre irréel et réel,ce monde si proche de la réalité et si éloigné, ces personnages...


paradoxale 20/03/2010 12:29



Ce livre est génial ! Et l'écriture de Véronique Ovaldé est si...originale, c'est très plaisant à lire. Les personnages sont vraiment profonds, travaillés... C'est un très bon livre ;)



Anneso 19/03/2010 17:38


dans ma pal !!


paradoxale 19/03/2010 17:39



Dis-moi quand tu l'auras lu, je viendrai voir ton avis ;)