Berlin-Ouest histoire d'uneîle allemande 1945-1989 de Jacqueline Hénard

Publié le par paradoxale

 livres, critiques citations et bibliothèques en ligne sur Babelio.com

4e de couverture : Berlin-Ouest reste l'incarnation de l'après-Seconde Guerre mondiale, comme si s'étaient concentrés en ce lieu des enjeux planétaires, des symboles autant historiques qu'anecdotiques et les attentes contradictoires des peuples.

C'est tout le mérite de Jacqueline Hénard, née et ayant grandi à Berlin-Ouest puis devenue journaliste internationale consacrée, d'entrecroiser toutes ces histoires. Elle mêle ses souvenirs d'écolière, logée à dix pas du fameux " Mur " construit en 1961, à ceux des témoins officiels ou non et à ce que les sources historiques nous apprennent. Elle montre comment Berlin-Ouest, d'abord symbole de la victoire des Alliés sur le nazisme, fut ensuite la vitrine de leur rivalité autant que de leur concurrence idéologique, en même temps qu'un miroir pour ceux de Berlin-Est. Jacqueline Hénard détaille les relations complexes avec " nos amis les occupants " - Américains si appréciés, Français considérés de manière ambivalente -, ainsi que la vie quotidienne des deux côtés du Mur, comme l'année 1989 qui a vu la fin de Berlin-Ouest.

Alternant " choses vues " et analyse historique d'un demi-siècle à Berlin, Jacqueline Hénard brosse avec talent la chronique d'une après-guerre dans un vase clos.

 

Mon avis :

Avec les vingt ans de la chute du mur, on a beaucoup entendu parler de Berlin. De plus, la Guerre Froide faisant partir du programme en Histoire, j’ai étudié cette période pas très simple de notre Histoire. Alors quand j’ai vu que Babelio proposait ce livre dans le cadre de l’opération Masse Critique, je n’ai pas hésité. C’est toujours intéressant de lire des choses en plus des cours du lycée, car les profs ne nous disent pas toujours tout.

Le point plus que positif de ce livre : l’auteure ne nous raconte pas l’histoire chronologiquement. Il n’y en aurait aucun intérêt je pense. De plus, ayant vécu à Berlin-Ouest, elle est très bien placée pour nous parler de sa ville. Donc, Jacqueline Hénard a divisé le livre en plusieurs thèmes, qui sont :

 

  1. Vivre avec le mur
  2. Les Alliés, de l’occupation à la cohabitation
  3. Les Français, last but not least
  4. Les fantômes de 1953
  5. Copenhague, capitale de la Suède. Les fugitifs…
  6. Les motards
  7. Benno, Rudi et la bombinette : 1968 à Berlin
  8. Les élites, entre fatalisme et opportunisme
  9. Les people du peuple
  10. Les bas-fonds
  11. Juifs et Allemands, de l’entente cordiale à la culpabilité
  12. De l’autre côté du miroir : Berlin-Est
  13. La grande évasion
  14. Requiem pour une île

 

De plus, il y a à la fin une chronologie et des cartes, ce que j’ai trouvé très intéressant. J’ai beaucoup aimé le tout. J’ai appris beaucoup de choses. Ce que j’ai également aimé, c’est le fait que Jacqueline Hénard parle des « particuliers » et non pas en prenant la masse de la population. Cela rend les habitants de Berlin d’autant plus proches, car on peut mettre des prénoms sur certaines personnes, les imaginer et on connaît des histoires différentes. Elle ne parle pas que des Etats-Unis et de l’URSS, principaux acteurs de mes cours d’histoire. La population allemande, plus particulièrement berlinoise, est mise à l’honneur. C’est bien de connaître les grandes lignes de l’Histoire et les acteurs les plus connus, c’est encore mieux de savoir comment la population a vécut les grands moments.

Donc vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé ce livre et évidemment je vous le conseille si vous voulez en savoir plus sur la vie à Berlin pendant la Guerre Froide.

 

Je remercie le siteBabelio et les éditions Perrin pour l’envoi de ce livre.

 

Publié dans Essais - documents...

Commenter cet article